Revenir au site

Crédit immobilier : L’apport personnel des Français représente 14% du prêt

La part de l'apport personnel a chuté à 14% de la valeur du bien immobilier en 2017, selon l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). En valeur absolue, les Français apportent pourtant toujours autant d'argent pour contracter un prêt.

En 2016, les Français ont emprunté en moyenne 157.915 euros avec un apport personnel de 25.707 euros. L’apport des Français représentait donc 14% de la valeur du bien immobilier acheté, rapporte l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR). C’est le taux le plus faible depuis l’année 2000.

Hausse des prix immobiliers

A titre de comparaison, en 2008 l’apport personnel des Français représentait 24% du montant du bien qu’ils comptaient acquérir. En 2012, ce taux s’affichait encore autour de 20% avant de chuter à 16% les années suivantes. Comment expliquer cette baisse continue du taux d’apport moyen ? Deux explications possibles. Tout d’abord, la hausse des prix immobiliers. En 2016, les prix des biens immobiliers ont augmenté de +1,7% en France.

En conséquence, les sommes empruntées ont aussi augmenté. Leur montant est passé de 149.018 euros en moyenne en 2015 à 157.915 euros en 2016. Dans le même temps, les banques n’ont pas révisé leur politique d’octroi de crédit. Le montant minimal de l’apport personnel serait resté le même. Les clients auraient ainsi emprunté plus avec la même épargne. Le pourcentage représenté par cet apport aurait donc naturellement baissé.

La règle des 10% d’apport minimum

Deuxième explication, les nouveaux propriétaires auraient profité des taux bas et de l’élargissement du Prêt à taux zéro pour acquérir un bien. Or, ces primo-accédants majoritaires cet été parmi les emprunteurs disposent de la plus faible épargne. Leur apport personnel ne représente en moyenne que 13% du prêt. Cette situation s’explique généralement par leur jeune âge et leurs revenus modestes. Leur surreprésentation entraînerait la baisse du taux moyen.

En 2016, plus d’1 prêt sur 5 a été signé sans aucun apport. Ce cas particulier est appelé « surfinancement » bancaire ou crédit à « 110% ». Ce pourcentage inclut la valeur du bien (100%) à laquelle s’ajoutent les frais de notaire et de garantie (10%). Ce type de financement n’est accordé qu’aux Français aisés. Pour leurs autres clients, les banques appliquent la politique des 10% d’apport minimum. En particulier pour l’achat d’une résidence principale.

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK